La nouvelle bataille de Poitiers ; Quel ordre, quelle justice ?

Publié le par Le P'tit Démocrate de Chambéry


A l'occasion d'une journée de débat et de moment festif (  festival des Expressifs ) une manifestation contre le système carcéral, contre la prison de Vivonne était programmé dans l'aprés midi dans la ville de Poitiers.
Quelques individus, lors de cette manifestation, ont exercés des violences contre les commerces et le mobilier urbain au centre ville. Des inscriptions sur des monuments religieux ont été réalisés.

Nous affirmons notre solidarité avec la nécessité de manifester contre  la politique sécuritaire et du "tout carcéral“ (+ 1% de la population, ) de ce gouvernement et des conditions et de l'état de nos prisons (58 suicides, taux de densité 120% ) et condamnons sans réserve :

-Le vandalisme et les agissements violents inadmissibles de ces quelques individus
-La mise en oeuvre d'une répression policière et politique pas si aveugle que cela.
-L'amalgame et l'assimilation de combats politiques, juste et légitime transformés en agisement délictueux, criminels voir terroristes, par le concert médiatique et la propagande insidieuse qui irradie notre pays


L
e P'tit democrate de Chambéry souhaite réagir aux procédés de manipulation de masse qui conduit notre société a petit feu vers une dérive "néo-vichyste“, et qui traverse l'ensemble des partis politiques de droite, comme de gauche.

Cette lente montée "néo-vichyste“ est basé essentiellement, sur la désignation d'une population particulière (jeunesse révolté,autonome, alternative, et refusant le système productiviste et consumériste.), et la construction de séquence de la peur.

1- La lutte des groupes et groupuscules contre la prison et/ou le respect de la dignité des conditions des prisonniers n'est pas un combat terroriste.

Rappelons que de grands intellectuels français ce sont mobilisés dans les années 1970, que ce soit 
Jean-Marie Domenach résistantécrivain et catholiqueMichel Foucault, philosophe, Pierre Vidal-Naquet, historien, pour crée GIP Groupe d'information sur les prisons. Et avaient menés en leur temps des actions spectaculaires.
Aujourd'hui de nombreux organisations portent ce combat citons : l'Observatoire international des prisons (OIP),

 



2- Nous avons, au détour de site internet, trouvés cette inscription sur le baptistère  St Jean à Poitiers.
Nous sommes scandalisé que l'on puisse se permettre une inscription quelconque sur un édifice religieux quel qu'il soit.
Toutefois nous nous arrêterons sur la traduction et la signification de cette formule : “
omnia sunt communia“
Elle est tirée d'un texte du concile Vatican II,(Constitution sur l’Église dans le monde de ce temps, «Gaudium et Spes», § 69),«In extrema necessitate omnia sunt communia, id est communicanda». 
«Dans la nécessité extrême, quiconque peut se procurer l
indispensable par les richesses dautrui» .

Ce texte reprenant la vision thomiste, sur la propriété, qui pour faire simple admet qu'une atteinte portée au droit d'autrui n'a plu le caractère d'une injustice, car il se produit là un conflit de droits dans lequel le droit de propriété céde devant le droit à l'existence. Rappelons que Thomas de Vio, dit Cajetan, commentateur exègete reconnu, de St Thomas, avertissait qu'en cas où “le riche“ n'assumait plus son devoir de prodigalité de son surplus vis à vis du “pauvre“, alors la puissance publique avait le droit l'obligation de contraindre “le riche“ et que l'Etat a compétence, pour obliger les riches à consacrer “soulagement de l'indigence le superflu qu'ils ne distribueraient pas spontanément“. L'Etat fait alors régner la justice dans l'ordre économique.

LE FAIT -IL AUJOURD'HUI, à la hauteur des besoins et des inégalités criantes du XXI siècle ?
(+30% de la population active en chômage et en travail précaire ne permettant pas une vie digne)

3- Un dispositif répressif disproportionné (Lois, circulaire, interventions policières, enfermement) s'abat sur toute une population de citoyens agissant pour organiser une contestation et une résistance, mais aussi sur des individus “pauvres bougres“ qui au bout du rouleau, subissant depuis des années une violence sociale, en viennent à des gestes de désespoir:

-
Thierry J, l’auteur présumé des menaces de mort avec balles au président Sarkozy et à d’autres personnalités est un homme

de 51 ans, handicapé sans emploi depuis plusieurs années. 1 mois de prison.

-Deux jours après les événements de Poitiers, le jugement a eu lieu en présence même de Brice Hortefeux dans la ville/ prétoire (constituant une pression inouïe, sur les magistrats du parquet):

Patrick...: Chômeur de 50 ans n'ayant plus travaillé depuis 10 ans, handicapé est d
éclaré coupable de violence sur commissaire (jet d'une pile qui n'a jamais atteint sa cible) ;4 mois de prison ferme 4 avec sursis ; 800 euros d’amendes !
 

Combien de délinquant financier en prison depuis 1 an ? 
 

Michel Foucault repèrait, dans son histoire de la folie,  deux rôles assignés aux asiles : "main-d'oeuvre à bon marché, dans les temps de plein emploi et de hauts salaires et en période de chômage, résorption des oisifs et protection sociales contre l'agitation et les émeutes “.En période de crise, la vocation hier des asiles, aujourd'hui de la prison, pour une large partie de sa population,  est toujours l'enfermement des pauvres devenus, des “déviants“, des “ malades ou fous“ .

Michel de Certeau dans , l'invention du quotidien, parlant du travail de Michel Foucault, indiquait qu'il avait déceler « le geste épistémologique et social d’enfermer un exclu pour créer l’espace qui rend possible l’ordre d’une raison ».

Le danger d'un régime “néo-vychiste“
Dans le monde complexe, mondialisé et chaotique que nous vivons, les irruptions des violences sociales (intra et inter personnelles) produits du système économique, les figures illimités de la diversité et de la pluralité, de la contestation, de la résistance, sont utilisés trop souvent comme objets de répulsion, ou images focalisant les peurs collectives.
Les temps troublés et incompréhensibles pour un grand nombre de citoyens, sont le moment d'une remise en cause des repères anciens.

Cette situation insécurisante, est utilisé par les politiques de la peur, par les gouvernants pour imposer petit à petit un ordre raisonnable (la société capitaliste, blanche et chrétienne) et désigner à la vindicte populaire les populations coupables de ne pas croire, ou de ne pas participer de cette grande fable. Sont ici convoqués, l'ensemble des outils de la violence d'Etat.
Nous craignons fortement, aujourd'hui, que dans nos villes, et donc à Chambéry, cette dynamique de stigmatisation s'applique à des jeunes, des populations, des lieux alternatifs désignés comme dangers pour la communauté, pour la société.

Nous sommes bien depuis de nombreuses années, parcouru par un “tsunami Vychiste“, qui secoue notre société et traverse tous les courants politiques. Il suffira qu'il rencontre, à un moment opportun, un écueil, pour qu'il surgisse ouvertement et submerge notre démocratie. 

Coupons dés maintenant, et là où nous sommes, cet élan pour ne pas être entraînés dans ses ondulations mortifères.

Olivier BERARDI
Directeur de publication


     

Lecture pour aller plus loin sur l'enfermement des pauvres et le travail obligatoire :

Geremek
, B., "La Potence ou la Pitié", Gallimard  

 Foucault, M, "Histoire de la Folie à l'Age Classique", Gallimard

 Castel, R., "Les métamorphoses de la question sociale", Folio Essais (sur  la répression de la pauvreté 
 Polanyi, K., "La Grande Transformation", Gallimard  (à propos des lois sur les pauvres)




 

Publié dans Politique

Commenter cet article

Buisson 19/10/2009 10:50


Un tel acte de barbarie me révulse mais je pense que l'émotion, légitime, ne doit pas l'emporter sur la lucidité et conduire à des parallèles douteux avec ce qui se passe aujourd'hui.


Le P'tit Démocrate de Chambéry 19/10/2009 20:00


Dont acte,  réclamons que la vérité soit faite,et nous ferons avancer la démocratie et empêcherons que de tels événements ne se reproduisent.
Òlivier BERARDI




Buisson 18/10/2009 20:22


Ou ai-je lu que vous pensez que la police est une officine d'extrême droite ? Dans l'article du 17/10 ou vous glissez de Vichy à 1961 en prétendant que les policiers étaient restés les mêmes (sans
en apporter la moindre preuve) puis à aujourd'hui en faisant l'amalgame entre les ratonades de 1961 et les accidents de la circulations impliquant des jeunes et des policiers.

Votre vision de l'Histoire est très manichéenne: les gentils opprimés d'un côté, les méchants oppresseurs de l'autre. Les choses ne sont malheureusement pas aussi simple.

Vous éludez le fait que le FLN avait "cordialement" invité les algériens des bidonvilles à manifester, sous peine de mort.

Vous éludez le fait que les policiers étaient trop peu nombreux, que des rumeurs, sur les fréquences de la police, faisaient état de 5 policiers tués et que dans ces conditions, la peur peut
expliquer en partie la violence extrême de la répression.

Vous éludez le fait, qu'à cette époque, contrairement à aujourd'hui, il n'y avait pas de procédure claire concernant les moyens à utiliser pour disperser sans dommage une manifestation. Ce manque a
conduit au massacre du 17/10/1961, comme auparavant à ceux des 6 et 7/02/1934, comme ensuite à celui du 6/02/1962.

Le massacre du 17 octobre ne peut donc pas uniquement s'expliquer sous l'angle du racisme, comme le fossé qui existe entre les jeunes des cités et la République ne peut être résolu uniquement, loin
de là, en reconnaissant les torts de la France vis à vis de l'Algérie et des algériens. En quoi les jeunes français des cités, que nous persistons à considérer comme étant "issus de l'immigration",
seront ils aidés dans leur recherche d'emploi par un procès ou par un acte de repentance ?

Vous avez vos opinions, ce que je respecte et ne vous demande pas d'en changer parce que je vous dis que je ne suis pas d'accord. Mais pour autant, permettez que je vous dise une fois encore que je
pense que vous faîtes fausse route.


Le P'tit Démocrate de Chambéry 18/10/2009 21:19


Buisson

Police et extrême droite : décidement vous voulez me faire dire des propos que je ne partage pas. 
Histoire:
Grâce à l'épisode de la semaine de résistance de la Préfecture de Police, avant la Libération de Paris  il n'y eu, on peut dire aucune épuration (massive) dans la police parisienne (comme chez
les juges et dans les administrations en général). Une grande partie des policiers parisien  en 1961, l'était donc déjà 18 ans avant.
De mémoire, c'est Raymond Marcellin, qui suite aux événements de Charonne 8/02/09 (9 morts) fût chargé de proposer une grande réforme de la police parisienne et de la CRS. Il y eu à cette occasion
(1965-1966?) un turn over trés important et un nombre considérable de jeune français, qui rentrèrent dans la police. C'est une des raisons, pour la quelle les manifestations de Mai-juin 1968
(Marcellin étant devenu Ministre de l'intérieur) n'ont pas dégénéré en massacre.

C'est un autre fait, qu'il vous plaise ou non, mais les familles étrangères, ou françaises d'origines africaines ou maghrébines, payent un “tribu“ anormalement élevé dans une république digne de ce
nom, en perdant leurs enfants ou leurs jeunes en nombre important et ceci chaque année depuis de longues décennies.

Gentils opprimés, méchant oppresseur ? ce débat ne m'intéresse pas, c'est le vôtre.
Un crime, une tragédie, un massacre en plein Paris a été perpétré, si nous vivons bien en démocratie, elle doit rechercher les coupables.
Vous éludez et cela ne semble pas vous déranger, qu'à ce jour aucune RESPONSABILITÉ, aucune JUSTICE n'est encore passé.

J'ai peur que vous confondiez des opinions avec le droit, mais vous avez raison si un tel acte de barbarie ne vous déclenche pas et une aversion et une condamnation, nous ne partageons pas les
mêmes valeurs.


Olivier BERARDI


Le P'tit Démocrate de Chambéry 16/10/2009 01:33


Buisson

rentrant du conseil communautaire je vous réponds rapidement

Je vous rejoins sur deux objections :

- Je ne crois pas avoir cité NS dans l'article, mais je suis d'accord avec vous il ne faut pas mettre NS au centre. Toutefois il faut quand même décrire et quailifier ce qui est en train de se
passer. C'est un des pièges qui nous est tendu, s'autocensurer et faire silence.

-"La société capitaliste blanche et chrétienne" est une formule un peu rapide et excessive même si elle recouvre une certaine réalité, relativement masqué en France, mais qui ne recouvre pas
l'ensemble des transformations à l'oeuvre, je vous l'accorde.


Cependant pour le reste quelques compléments d'infos.


-Ou avez vous lu que je pensais que les noirs etc.... sont de gauche ?
-Depuis plus de 30 ans, je ne possède toujours pas le logiciel Droite/Gauche

-Où avez vous lu que je pense que la POLICE est une officine d'extrême droite ?
Merci de lire les articles de ce blog sur la Sécurité
"Pourquoi les citoyens et les policiers devraient souffrir, de l'incapacité des pouvoirs publiques à maîtriser conjointement la sécurité de la ville ?“

-NÉO VYCHISTE ce qui sous entend une nouvelle forme. J'indiquais qu'elle concerne et touche l'ensemble des pouvoirs (National/local) et traverse les partis

-Ordre Républicain s'effrite et se délite considérablement dans les prisons, sur la question sociale, sur les processus démocratiques, s'il est toujours légitime, il est de moins en moins
représentatif et donc perd de plus en plus de son AUTORITÉ et devient de plue ne plus INJUSTE et INSUPPORTABLE.

Voilà pour éclaircir un peu plus mes propos

Olivier BERARDI


Buisson 15/10/2009 23:34


Néo-vichysite... Quand NS était encore ministre de l'intérieur, des jeunes (du MJS je crois) ont cru avoir une idée lumineuse en placardant dans le métro parisien des affiches de NS avec écrit
"votez Le Pen". Ce qui lui a été très bénéfique...

Dénoncer la diabolisation de certains jeunes en diabolisant le président en place rentre, à mon avis, dans le lot des fausses bonnes idées.

Quand à la tonalité de ce billet... Si j'ai un conseil à vous donner: méfiez-vous. Vous déformez les faits en prétendant que la présence d'Hortefeux a eu une influence sur la condamnation, qui a
été prononcée par des juges indépendants. Vous frôlez la diffamation.

On peut pensez ce que l'on veut de la police mais aucun syndicat représentatif n'est de droite extrême. Le syndicat en passe de devenir majoritaire est issu de la fusion d'une partie de l'UNSA
police avec le SGP-FO (et oui FO !... au service du nouvel ordre vichyste ?)

Pour mémoire, Vichy défendait un ordre moral strict. Malgré les attaques du FN, NS a gardé Frédéric Mitterrand.

Quand vous écrivez que la situation insécurisante, "est utilisé par les politiques de la peur, par les gouvernants pour imposer petit à petit un ordre raisonnable (la société capitaliste, blanche
et chrétienne)", vous oubliez qu'il y a des noirs et des arabes à droite aussi. Et des athées, et des musulmans.

Vous reprochez l'amalgame qui consiste à dire que les jeunes alternatifs sont des terroristes, ne tombez pas dans celui qui consiste à dire que maintenir l'ordre républicain relève de l'idéologie
du régime de Vichy.